Partagez.

Un nouveau pays, de nouveaux défis, un nouveau projet, un deuil, une perte d’emploi, une dépression, un accident, une maladie, un échec amoureux, sont autant d’occasions de se requestionner sur ce qu’on veut vraiment.

Pourquoi ne pas faire l’exercice consciemment plutôt que de se laisser porter au hasard des événements et des trop nombreuses exigences de la vie moderne.

Les moments où on perd ses repères sont parfois inquiétants. Un changement de rythme peut provoquer l’insécurité. Pourtant, la possibilité de suspendre le temps pour se permettre d’avoir un regard différent sur soi et sur sa vie est une chance dont on devrait profiter. Délaisser pour un moment l’effervescence du tourbillon incessant dans lequel la vie actuelle nous entraîne est une réelle opportunité et on devrait s’en réjouir.

Parfois on ne se reconnais plus, mais se connaît-on vraiment? Autrement que par nos attributs extérieurs, notre position sociale ou encore l’écho du regard que les autres posent sur nous? Et si on faisait un pas de côté pour prendre une distance, regarder, constater. Cesser de s’agiter dans tous les sens. Arrêter nos quêtes de perfection et nos insécurités. Enlever ce qui est superflu au lieu d’ajouter ce dont on croit manquer. Si vous trouviez en vous le cœur de ce qui vous motive, seriez-vous tenté de construire votre vie autour de ce pivot?

Je travaille sur le positionnement et l’identité des entreprises, notamment des start-up qui inventent des modèles nouveaux et disruptifs. Parallèlement, je m’implique dans une association d’aide à l’intégration des nouveaux arrivants  (Ainaf) et je rencontre beaucoup d’immigrants francophones qui veulent s’installer à Montréal et réinventer leur vie. La réflexion sur l’identité est donc au coeur de ma vie. Toutefois l’élément déclencheur de cet article est le visionnement d’un excellent documentaire en trois parties (French PQ, de Mathieu Lalancette). que vous pouvez visionner gratuitement jusqu’au 23 juillet et qui porte à réfléchir sur la culture et les perceptions. Bien sûr les Français et les Québécois sont différents. Avions-nous remarqué?  Côtoyer des gens de cultures différentes, nous apprend énormément sur nous même. La culture nous influence à notre insu. On prend tellement de choses pour acquis. Mais notre identité personnelle dépasse ces clichés. Nous sommes davantage un mélange de nos gènes et de nos expériences qu’un produit de notre culture. On a été modelé par ce qu’on a vécu et ce qui nous entoure. Nos valeurs propres, nos rêves, nos talents, nos forces et nos désirs sont beaucoup plus porteurs que les modèles et les codes que la société propose, pour ne pas dire… impose.

Je remarque une similitude entre les démarches qu’il faut faire pour positionner une entreprise et se positionner au niveau personnel. Notre identité est unique, même si nous appartenons à différents groupes et que nous nous laissons inspirer par différents modèles. On a le choix de copier un modèle existant en tentant de l’améliorer, ou inventer de toute pièce à partir de ce qui fait notre différence. Mais, tout comme les start-up, il faut accepter les pivots, faire des expériences et s’ajuster. Quand on a des idées toutes faites et rigides sur ce que les choses devraient être, on arrête d’observer et d’être à l’écoute. Un changement de vie réussi arrive souvent quand on accepte que la réalité dépassent l’idée qu’on s’en faisait.

Designer sa vie c’est possible et ça s’apprend. Il est possible de travailler à sa propre identité, pas pour la modeler, mais pour la mettre en valeur, l’afficher, faire en sorte de projeter ce qu’on est vraiment. Le branding personnel a trop longtemps été vu comme un leurre. On a toujours en tête, les hommes politiques qui se font conseiller par de ‘’faiseurs d’images’’ sur leur coiffure et la couleur de leur cravate afin de plaire au plus grand nombre. Un peu plus évolué, le branding personnel dont on entend parler en ce moment est surtout lié aux ambitions professionnelles et à l’entrepreneuriat. Mais c’est beaucoup moins superficiel que ce que l’on croit. Nous communiquons tellement de choses sans même avoir prononcé un mot. Notre corps est notre interface, nos attitudes, notre image, notre voix, notre odeur, notre gestuelle donnent tellement d’indices sur ce que nous sommes. Le vrai branding personnel selon moi consiste à assumer et faire rayonner sa réelle identité. Se réinventer, peut-être pas, mais se réenligner sur soi. Pourquoi ne pas chercher à plaire à la personne la plus importante de votre vie. Avant tout. Tout le reste suivra.

Et si on en profitait pour se réinventer? by