Partagez.

Quand on parle technologie on est vite dépassé et certains géants développent des écosystèmes complets afin de répondre à tous vos besoins et de faire de vous un consommateur captif.

C’est le cas d’Apple, c’est aussi le cas de Google. En tant que designer, je suis une grande fan d’Apple. Fan mais pas disciple. Je questionne ma foi. J’ai beau avoir affirmé maintes fois que le Iphone était l’appareil de ma vie, un accident a récemment ébranlé mes convictions. Mon Iphone s’est jeté en bas d’une fenêtre (oui, je sais, c’est étrange) et j’ai failli pleurer. En fait, j’ai pleuré. J’ai honte, mais pourquoi le nier? Et ça m‘a fait réaliser à quel point j’étais attaché a cette petite chose. Pas normal.

Ce qui devrait m’importer, c’est l’usage que j’en fais, ce qu’il me permet : communiquer, me déplacer, me renseigner, apprendre, me détendre, me distraire, créer… et ce qu’il contient : mes contacts, mes photos, ma musique, mes livres. Pas l’appareil, pas l’objet!

Je me rend compte que mes appareils (laptop, tablette et téléphone) arrivent a la fin de leur vie et que si je persiste dans mon amour des produits Apple, je suis quitte pour dépenser au moins 3 500 $.

Dans ma réflexion sur la légèreté, je prétend que dans cette ère de dématérialisation le contenu prime sur les contenants. Nos contenus ne sont plus à l’intérieur de nos appareils, ils sont maintenant stockés ailleurs… dans les nuages. Nos appareils ne sont que des moyens d’y accéder. Puisque les moyens changent et évoluent à un rythme de fou et qu’éventuellement, on nous implantera des petites puces, pourquoi poursuivre le culte des appareils?

De quoi ai-je besoin? D’avoir accès à mes données, à mon argent, à mes signets, aux connaissances. Je ne veux pas gaspiller mon temps à mettre à jour mes logiciels, à chercher de nouveaux outils, à synchroniser mes appareils et à chercher mes mots de passe. Je crois qu’on est prêt pour abandonner notre attachement aux appareils. Certains sont prêts. J’en suis. Réfléchissons un peu : le gros enjeu du Web est le référencement. L’idée géniale dans le Web, c’est de mettre en relation l’offre et la demande. Je ne parle pas juste de produit, ça peut s’appliquer tout autant à la connaissance et à l’amour.

Qui sont les rois du référencement? Si j’analyse toutes les offres qu’on me fait, c’est logiquement sur Google que je devrais miser. Hé oui… on peut avoir peur d’un potentiel Big Brother qui veut notre bien et qui nous offre tous les outils dont nous pourrions avoir besoin sur un plateau d’argent « pour mieux vous manger mon enfant », mais on peut aussi se dire que c’est donnant/donnant.

J’écris cet article à partir de mon tout nouveau Chromebook, alors c’est parti, j’ai sauté à pieds joints dans la matrice, pour le meilleur et pour le pire. Je vous fais une petite « review », très bientôt, mais je fais déjà le constat qu’il est plus léger que mon vieux Ipad, j’aurai donc besoin d’un appareil de moins. Ça sent la rupture d’avec Apple puisque j’entrevois la possibilité d’un téléphone Android. C’est aussi plus léger sur le portefeuille.

J’ai toujours aimé les nuages, c’était peut-être prémonitoire.

http://www.pinterest.com/faireleger/nuages-de-comp%C3%A9tition/
http://www.youtube.com/watch?v=TVqe8ieqz10

 

La tête dans les nuages by